Catégories
Non classé

Gérer la phobie scolaire avec la sophrologie

En France, près de 180 000 élèves souffrent de phobie scolaire. La phobie scolaire est reconnaissable aux troubles physiques et mentaux qu’elle occasionne chez les jeunes :  pleurs, vomissements, maux de tête, troubles de l’alimentation, du sommeil, angoisses, phobie sociale…

Il ne faut pas confondre, ne pas avoir envie d’aller à l’école avec ne pas pouvoir. L’enfant est complétement paralysé par l’idée d’aller à l’école et cela chaque jour peu importe le contexte. Les parents sont complétement démunis face à ce refus, les enseignants ont beau se remettre en question, rien n’y fait.

Les causes de cette phobie scolaire sont nombreuses :

  • Le harcèlement fait partie des raisons principales pour que l’élève se sentent en insécurité,
  • Des troubles d’apprentissages (DYS),
  • L’hyperactivité,
  • Un trouble du spectre autistique ou un enfant intellectuellement précoce peuvent également vivre l’école comme un lieu de mal-être.

Il existe des associations de parents d’élèves pour ne plus se sentir isolé. Surtout il est possible à l’enfant d’arriver à surmonter les troubles et de les vivre avec plus de facilité.

La sophrologie fait partie des thérapies douces qui permettent d’accompagner les enfants pour leur donner les clefs pour d’atténuer les symptômes de la phobie scolaire en leur apprenant à prendre du recul sur les événements stressant ou les personnes qui déclenchent ce stress, à mieux gérer leurs émotions.

Avec les exercices de respiration contrôlée, d’ancrage des points d’appuis du corps et de visualisations positives, ils vont se défaire de leurs peurs et réactiver des souvenirs positifs liés à l’école et aux apprentissages. Il s’agit aussi de reprendre confiance en eux.

Un accompagnement avec un psychologue est nécessaire en parallèle pour permettre à l’enfant de revenir sur des faits traumatisants. Le lien est fait entre les deux professionnels pour accompagner au mieux l’enfant.

Les exercices de sophrologie se pratiquent aussi dans le quotidien du jeune pour lui apprendre à basculer dans son lieu ressource dès que la phobie ressurgie pour retrouver le calme et la détente que cela lui procure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.